BLOG

Comment embarquer la résorption des Points Noirs du Bruit dans les opérations ANRU ?

Une étude en cours pour le compte de l'ADEME

jeu. 20 juin 2019

La lutte contre le réchauffement climatique apparaît de plus en plus clairement comme un enjeu majeur aux yeux de nos concitoyens, mais ne peut être menée sans considération des autres enjeux sociaux et environnementaux, parmi lesquels, la lutte contre le bruit et la qualité de l'air intérieur revêtent une importance primordiale, aussi bien pour la santé et le bien être de ceux qui ont à en souffrir, que pour les retombées économiques considérables qui y sont associées. Ainsi, les externalités économiques des conséquences sanitaires de la mauvaise qualité de l'air intérieur sont évaluées à 100 milliards d'euros par an en France, et les coûts pour les français de la mauvaise qualité de l'environnement sonore a quant à lui été chiffré à 57 milliards d'euros par an, encore cette évaluation est-elle jugée très partielle. Au niveau du bâti, ces trois aspects sont étroitement liés : les actions visant économies d'énergie, isolement acoustique et ventilation peuvent être convergentes, ou au contraire se contrarier l'une l'autre. Ce constat a été fait de longue date, et les pouvoirs publics ont cherché très tôt les conditions d'une synergie gagnante entre ces trois facteurs.


L’objectif de notre prestation est de réaliser une étude de faisabilité pour déterminer les conditions (ressources techniques – outils, méthodes - mécanismes financiers, partenariats, dispositifs de montée en compétences, etc.) qui seraient nécessaires pour intégrer le traitement acoustique (l’insonorisation des façades) en complément du processus de rénovation énergétique des logements porté par l’ANRU, des logements en situation de Points Noirs du Bruit (PNB). A l’issue de cette étude de faisabilité, il s’agira de démontrer, sur la base notamment d’une analyse des verrous et leviers existants, les conditions technico-économiques optimales dans lesquelles il est possible de conduire des opérations de rénovation énergétique des logements qui intègrent correctement l’amélioration de l’isolement acoustique des logements PNB. Cette étude de faisabilité se focalise exclusivement sur les logements exposés au bruit routier, c’est-à-dire lorsque lesdits logements sont exposés à des niveaux sonores en façade supérieurs à Lden > 68 dB(A) et/ou Lnuit > 62 dB. Les logements visés exposés au bruit routier devront respecter le critère d’antériorité. Il s’agit généralement de logements construits avant 1978. La définition d’un bâtiment Points Noirs du Bruit à considérer est celle qui est donnée dans la réglementation française (cf. Annexe 2 de la circulaire du 25 mai 2004 du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable (MEDD)).

Le groupement en charge de cette étude est constitué de Groupe Gamba (mandataire), Acouphen, Tribu Energie, In Principo, avec le concours du CIDB.

Le bruit, un sujet nouveau ?

Le périphérique parisien, 40 ans de nuisances

Acoustique PNB Transports

Pour être tenu informé, inscrivez vous à la Newsletter :

Back to top