Bienvenue dans la Foire Aux Questions - Généralités.

Trop général ? Cliquez ici pour revenir à l'accueil de la FAQ.

Triangle
  • Pourquoi faire appel à un BE acoustique/vibrations ?

    OUI, l'acoustique est une science exacte.

    Simplement, parce que la perception acoustique humaine suit une loi logarithmique, nous travaillons en déciBels (dB), ce qui apparaît toujours comme un peu obscur. Et c'est ce qui justifie également pourquoi dans notre discipline, "le diable se cache dans les détails" ; nous ne sommes pas juste des perfectionnistes, c'est la physique qui impose que nous soyons extrêmement attentifs aux détails et qui fait que parfois, le béotien est très déçu par le résultat de ce qu'il a pu entreprendre par lui-même.

    Notre métier est transversal, quel que soit le domaine (acoustique architecturale, acoustique industrielle, traitement des vibrations, etc.) ; c'est à dire que chaque composante d'un projet peut avoir une répercussion sur la qualité acoustique. Nous sommes donc en relation avec les autres métiers, nous connaissons leurs contraintes et savons parler leur langage. Et parce que nous sommes des professionnels, nous savons nous intégrer dans une équipe et proposer des solutions adaptées et économiques.

  • Garantissez-vous les résultats ?

    N'oublions pas que le bureau d'études n'est pas le seul acteur dans la réalisation d'un projet. Il ne peut donc pas endosser, lui seul, la responsabilité d'un résultat qui découle de l'action de plusieurs acteurs (architecte, fournisseur, entreprise, ..., et bien sûr lui-même). En revanche, il assumera sa part de responsabilité en cas de faute avérée (les acousticiens adhérents du Groupement de l'Ingénierie Acoustique (GIAC) sont couverts par une police d'assurance spécifique), mais il ne peut pas être seul tenu seul responsable du résultat acoustique a priori. Si vous ratiez la tarte aux pommes dont votre tante vous a donné la recette, il serait bien illégitime de vous retourner contre elle, a priori.

Pour être tenu informé, inscrivez vous à la Newsletter :

Back to top