L’acoustique fait du cinéma !

La qualité, la puissance, la précision, la richesse, la répartition sonore font partie intégrante de l’expérience du spectateur au cinéma.

mer. 27 octobre 2021

Fabrication de l’habillage sonore

L’association du son à l’image se fait en plusieurs phases, parmi elles, le montage et le mixage. Ces actions sont réalisées dans des studios de montage son ou des auditoriums de mixage. Ces salles doivent être finement étudiées pour présenter une réponse acoustique adaptée au travail de répartition spatiale et fréquentielle du grand nombre de pistes constituant l’environnement sonore d’un film.

Gamba a réalisé récemment, par exemple, les studios de mixage de la société TAT, maison Toulousaine de réalisation et de production de films d’animations tels que « Les As de la jungle » ou plus récemment « Pil ». Ces studios, qui permettent le montage en 5.1, ne doivent pas présenter de réponse en fréquence déséquilibrée ni de réverbération trop faible afin de permettre à l’ingénieur son de profiter pleinement du système de diffusion sonore de mixage.

Triangle

APIA, pour sa part a une grande expérience et une importante renommée dans la conception d’auditorium de mixage, notamment pour le compte d’EuropaCorp, célèbre société de production cinématographique. Là, l’idée est de faire le mixage final du son associé à l’image, dans les conditions idéales de restitution du son dans un grand volume.

Traitement acoustique alternant absorbant large bande et diffuseur large bande. Élimination des modes propres énergétiques.​​

Traitement acoustique alternant absorbant large bande et diffuseur large bande. Élimination des modes propres énergétiques.​​

La salle de projection

L’enjeu acoustique d’une salle de projection concerne les trois traditionnels items principaux de l’acoustique : le bruit de fond, la réverbération et l’isolement.

Les objectifs sont fixés notamment par les préconisations de la CST. Ils permettent d’obtenir un niveau de bruit de fond bas, permettant de profiter des moindres détails de l’ambiance sonore sans perturbations et d’une réverbération maîtrisée et répartie de façon à ce que la réponse acoustique de la salle ne dégrade pas le signal diffusé. L’isolement acoustique entre salles doit être défini de manière à ce que le bruit de fond minimum soit garanti lors du fonctionnement de chaque salle d’un multiplexe. Dans ce cas, le type de diffusion (5.1, 7.1 ou atmos) doit être pris en compte pour évaluer le niveau à l’intérieur des salles.

Gamba, notamment dans le cadre d’un travail de partenariat avec le concepteur constructeur IDCINE, participe à la conception de plusieurs complexes de salles de cinéma, alliant exigence et qualité, tant du point de vue technique (salle, projection, diffusion sonore) que du point de vue artistique (programmation, cinéma de proximité).

Le glossaire

Le cinéma est un domaine à part dans le monde du son et de l’acoustique :

  • Système 5.1 : 1 signal mixé sur 5 canaux : façades gauche, centre et droite, surround gauche et droit, basses fréquences
  • Système 7.1 : 1 signal mixé sur 7 canaux : façades gauche, centre et droite, surround latéraux gauche et droit, surround arrière gauche et droit, basses fréquences
  • Dolby Atmos : son immersif avec enceintes en façades, latérales, arrières et en plafond complété par des caissons de basses
  • Niveaux sonores émis : la diffusion est réglée pour atteindre un niveau sonore de 85 dB(C) pour les enceintes de façade et surround et 95 dB(C) pour les caissons de basses en un point central de la salle
Triangle
Acoustique des salles

Pour être tenu informé, inscrivez vous à la Newsletter :

Back to top