Correction acoustique des locaux de travail

mer. 8 mai 2019

La réverbération acoustique des parois d'un local contribue à l'augmentation des niveaux sonores et donc à l'exposition au bruit des salariés. Les matériaux absorbants disposés en parois (bardages et toiture perforés, faux-plafonds, baffles suspendus) permettent de limiter l'amplification due au local. Mais ces traitements, lorsqu'ils ne sont pas intégrés à la conception, coûtent chers (30 à 100 Euros par m² selon le type de traitement et les sujétions de mise en œuvre) et, s'ils sont envisagés, sont souvent abandonnés faute de financement.

Le législateur a donc prévu (Arrêté du 30 août 1990 pris pour l'application de l'article R. 235-11 du code du travail et relatif à la correction acoustique des locaux de travail) que le maître d'ouvrage d'un bâtiment soit dans l'obligation d'intégrer ces traitements à la conception du lieu de travail, ou à l'occasion d'un réaménagement (réfection de l'isolation thermique de la toiture par exemple), dès lors que des salariés sont susceptibles d'être soumis à des niveaux d'exposition quotidiens Lex,8h supérieurs à 85 dB(A).

Construire ou réaménager un atelier industriel sans prendre en compte cette exigence est donc interdit... depuis 1990.

Triangle
Acoustique Industrie

Pour être tenu informé, inscrivez vous à la Newsletter :

Back to top